Efficacité professionnelle : quel rôle joue le mental dans la confiance en soi ?

Accueil / Efficacite professionnelle / Efficacité professionnelle : quel rôle joue le mental dans la confiance en soi ?

« Tout est dans la tête » : cette petite phrase revient souvent dans la bouche des grands sportifs. En quoi le mental est-il indispensable à la performance ? Comment les cadres peuvent-ils s’inspirer des grands champions pour faire gagner leurs équipes en confiance ? Tournoi de Roland Garros oblige, Meltis fait le point en 5 citations de légendes du tennis.

« J’ai un état d’esprit très positif. Je crois que c’est ce qui m’aide le plus dans les moments difficiles » R. Federer

Cette citation du célébrissime tennisman suisse résume à elle seule l’importance de rester optimiste face à l’adversité. Une des clés de la confiance en soi est de se focaliser sur ses efforts et sa persévérance plutôt que sur le résultat. Remporter un contrat, multiplier les ventes ou mener à bien un projet transverse en interne : cela implique de nombreux paramètres externes sur lesquels vous n’avez pas prise. Mesurer votre valeur à leur réussite (un repère par définition instable) s’avère délétère pour l’estime de soi. Sachez plutôt apprécier le travail fourni et valorisez les actions concrètes mises en place pour y arriver.

« Perdre n’est pas mon ennemi. C’est la peur de perdre qui l’est »– R. Nadal

La peur (de l’échec, du changement, du rejet) est une réaction naturelle. Face à un danger imminent, elle déclenche des réactions physiologiques (augmentation du rythme cardiaque et du taux d’adrénaline, etc) destinées à favoriser notre survie (ex : courir plus vite). Mais quand la peur est anticipée, elle constitue au contraire une image mentale paralysante. Pour fuir cette situation désagréable, l’inaction semble souvent la meilleure option… à tort évidemment ! Si vous entreprenez quelque chose d’ardu, même si cela ne se termine pas exactement comme vous le souhaitiez, vous aurez toujours la fierté de l’effort engagé, l’expérience enrichissante d’avoir « au moins essayé ».

« J’adore qui je suis et j’encourage tout le monde à s’aimer et s’assumer tel qu’il est » S. Williams

Autre pilier de la confiance : croire en soi-même. Il faut pour cela bien se connaître. Lors d’un accompagnement personnalisé avec un coach en efficacité professionnelle, des exercices simples peuvent vous aider à identifier :

  • vos points forts
  • vos croyances limitantes
  • vos aspirations profondes (ce qui vous fait « vibrer »)

« Le pire est de ne même pas rêver gagner » – Y. Noah

Dans la même veine que la phrase « il faut viser la lune pour avoir une chance de toucher les étoiles », cette citation marque l’importance de l’ambition. Croire en soi, c’est bien. Croire en ses rêves, c’est mieux. Un poncif des Bisounours ? Une vision plutôt, avec des étapes progressives. L’art subtil de la confiance consiste en un juste équilibre entre :
• se projeter en se fixant des objectifs (futur)
• rester  »focus » sur ses capacités et les développer (présent)
• capitaliser sur l’expérience (passé)

« La seule personne que vous devez surpasser est celle que vous étiez hier » – N. Djokovic

Cette phrase illustre bien qu’il ne faut pas confondre « confiance en soi » et « prétention ». Si la compétition avec autrui peut s’avérer stimulante, prendre confiance est avant tout un défi entre vous et… vous-même. Évitez par exemple de vous comparer à autrui. Autre principe de préparation mentale sportive pouvant s’appliquer au monde de l’entreprise : comprendre que le stress est incontournable. Même avec une parfaite maîtrise de votre sujet, vous ne pourrez jamais supprimer le stress le jour J. Vous pouvez seulement apprendre à le gérer. Sophrologie, méditation, pleine conscience et biensûr un entraînement rigoureux : ces techniques peuvent vous aider à vous recentrer le moment venu.

À lire aussi : 3 techniques anti-stress au travail

Ces articles peuvent vous intéresser