Intelligence collective en entreprise : 6 conseils de management pour surmonter le biais de conformité

Accueil / Agilité / Coopération / Intelligence collective en entreprise : 6 conseils de management pour surmonter le biais de conformité

Souvent érigée en recette miracle pour libérer l’innovation en entreprise, l’intelligence collective doit faire face à un écueil de taille : le biais de conformité. En quoi cet « effet de groupe » est-il néfaste à la prise de décision en entreprise ? Comment l’éviter ? Voici 6 bonnes pratiques managériales pour rendre vos équipes plus efficaces lors de travaux de réflexion commune.

Qu’est-ce que le biais de conformité ?

Aussi appelé pression de conformité, le biais de conformité est le penchant que nous avons tous à suivre l’avis du plus grand nombre pour nous intégrer socialement. On parle également d’instinct grégaire quand un groupe d’individus agit à l’unisson mais sans direction définie, à l’image des moutons de Panurge. C’est une réaction naturelle étudiée en psychologie sociale, notamment par le chercheur Irving Janis. Celui-ci a mis en lumière le concept de pensée de groupe dans les années 70. Dans un article du Harvard Business Review de 2017, les professeurs Sunstein et Hustle remettent en cause la notion d’intelligence collective, selon laquelle la somme des connaissances et sagesses de chacun aboutirait forcément à de meilleurs choix. Selon eux au contraire, un groupe produit plus de mauvaises décisions qu’un individu seul. Plusieurs phénomènes interviennent :

  • Amplification des erreurs individuelles : notamment en ce qui concerne l’estimation du temps et des ressources à allouer à un projet (biais de planification).
  • Effet de cascade : si un avis rencontre un fort engouement de façon fulgurante, la majorité s’y range.
  • Polarisation : lors d’un débat entre personnes de sensibilité divergente (ex : libéraux VS. conservateurs) l’effet de groupe renforce les oppositions.
  • Focalisation sur ce que l’on sait déjà : une information annexe mais partagée par tous a plus d’impact dans les débats qu’une information cruciale mais détenue par 1 seul membre.

Voici donc 6 postures à adopter en tant que manager pour faire de l’intelligence collective en entreprise une réalité.

1) Mettre les personnalités les plus influentes en sourdine

Plus tôt les leaders donnent leur opinion, plus les autres membres du groupe ont tendance à s’autocensurer. Pour éviter de tuer dans l’oeuf l’intelligence collective en entreprise, les meneurs doivent inviter les membres isolés à exprimer leur avis. Ils sont moins influents certes mais ont des compétences précieuses dans leur domaine.

2) Favoriser l’esprit critique

Encourager à donner un avis critique facilite la participation de chacun et évite la rétention d’information. C’est ce qu’on appelle le processus d’amorçage. Il est plus simple, en effet, de commencer par critiquer quelque chose que de chercher d’emblée un terrain d’entente au sein du groupe. Cette 2ème option favorise au contraire le mutisme.

3) Valoriser les victoires collectives

Exit la prime individuelle : pour qu’un groupe soit intelligent, mieux vaut récompenser les succès collectifs. Chacun sera ainsi plus enclin à divulguer l’information qu’il détient, qu’elle aille ou non dans le sens de l’avis général.

4) Attribuer des rôles

Pour éviter de tourner en rond en se focalisant sur des informations que tout le monde connaît déjà, une bonne pratique consiste à donner à chaque membre du groupe un rôle selon sa spécialité. Les experts « finance », « communication » ou « santé au travail » seront ainsi plus enclins à donner leurs conseils. Et les autres membres à les écouter.

5) Désigner un avocat du diable

C’est une façon simple de contourner la pression que peut engendrer l’émission d’un avis contraire à la pensée générale du groupe. En désignant un avocat du diable, vous préparez les réponses à d’éventuelles objections. À noter cependant : ce jeu de rôle ne remplace pas une authentique opinion à contre-courant, plus constructive pour le groupe.

6) Constituer des équipes adverses

Dans la même veine que l’avocat du diable, composer une équipe adverse chargée de démonter l’argumentaire présenté favorise l’intelligence collective. Très efficace pour exploiter les failles d’une proposition.

Vous souhaitez en savoir plus sur l’intelligence collective et ses secrets ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir tous nos numéros des « dessous de la coopération » et découvrir les ateliers les plus efficaces pour faire naître l’intelligence collective au sein de vos équipes.

Ces articles peuvent vous intéresser