Management : les softs skills indispensables

Accueil / Agilité / Coopération / Management : les softs skills indispensables

Enseignées à présent dans certains parcours universitaires, les softs skills représentent aujourd’hui un élément de différenciation lors d’un recrutement ou de la nomination d’un manager. Parfois perçues comme des qualités innées ou des traits de caractères, ces « compétences douces » sont en réalité  comme toutes les compétences : elles s’acquièrent. En effet, et même si elles peuvent être plus ou moins développées au départ, les softs skills font appel à la notion de posture.

Bien souvent amenés à se positionner en tant que facilitateurs,  les managers et les leaders d’aujourd’hui doivent se placer dans cette « bonne » posture pour emmener leurs équipes vers la réussite et la performance. Selon Jean Leslie, consultant du Center for Creative Leadership aux Etats-Unis, les softs skills indispensables du manager sont les suivantes :

  • La conscience de soi : comme évoqué par Augustin Paluel de Marmont dans notre livre blanc « Start-upez vos organisations« , sa propre connaissance de soi est indispensable pour manager : avoir conscience de ses points forts ou points faibles, connaître ses mécanismes de communication… sont des paramètres essentiels pour être un bon manager.
  • La volonté d’apprendre à apprendre : on pourrait également appeler cela « l’agilité d’apprentissage » ou la capacité de se renouveler, de se remettre en question, de la façon d’être disponible pour apprendre et en particulier de ses propres collaborateurs.
  • L’intelligence émotionnelle : alors qu’il apparaît de plus en plus probant que la QVT et le bien-être des salariés au travail influent sur leur performance, l’intelligence émotionnelle devient une compétence primordiale pour un manager ou un leader.
  • La résilience : en environnement complexe la capacité de rebond est très importante : arrêt d’un projet, changement d’équipe, transformation de l’entreprise… un manager capable d’accompagner ses équipes dans ces mutations devra en premier lieu démontrer sa résistance.
  • La capacité à faire du lien et à motiver : par sa capacité à nouer des liens avec l’ensemble de son équipe mais aussi avec les « externes », par sa posture d’écoute notamment, un manager étend son champ d’influence pour motiver et fédérer.
  • La disposition à véhiculer le sens et à construire des équipes dans la confiance : par la transparence, une communication claire sur les enjeux et orientations stratégiques de l’entreprise, un manager peut emmener son équipe vers un engagement plus fort et une grande confiance respective

 

En savoir plus sur les soft skills ? N’hésitez pas à nous contacter.

 

[Wow-Modal-Windows id=1]
Ces articles peuvent vous intéresser