Le e-learning en France, vers un déploiement à grande échelle

Accueil / Learning / formation / Le e-learning en France, vers un déploiement à grande échelle

Le nouveau baromètre Afinef (Association Française des Industriels du Numérique et l’éducation et de la Formation) nous dévoile les dernières tendances du e-Learning en France. Déjà en place dans les stratégies de formation pour 90% des entreprises, le e-Learning a de beaux jours devant lui. En lien avec les transformations digitales en cours pour la plupart des entreprises, le e-Learning présente plusieurs avantages non négligeables pour les dirigeants : réduction des coûts, déploiement plus simple des actions de formations ou encore la formation « juste à temps » en fonction des besoins. On imagine sans mal l’engouement des entreprises pour ces nouvelles méthodes tendances et perçues moins chères.

QUELLES PRIORITES POUR LES DISPOSITIFS DE FORMATION ?

Augmenter la performance terrain des salariés, rendre la formation accessible à une majorité, le tout emballé de façon ludique et attractive sont les priorités des dispositifs de formation. Le e-Learning permet aussi d’évaluer simplement sur la durée de la formation les progrès des salariés, permettant ainsi de faire évoluer les programmes d’e-Learning et de comprendre les salariés. Une mine d’or pour les passionnés et analystes des ressources humaines et un atout pour les salariés au niveau de la connaissance de soi.

LES FREINS DU E-LEARNING ENCORE PRESENTS

Certains sont réticents face à cette banalisation du digital dans les méthodes de formation. Les freins culturels étant les plus importants (45%), l’étude met ainsi en avant la problématique à  résoudre en matière de communication pour les entreprises actrices du e-Learning. Et pour 34%, ce sont aussi des freins techniques, révélant peut-être encore des lacunes en matière de transformation digitale pour  certaines entreprises.

CHANGEMENT DES COMPORTEMENTS

Malgré cela, l’étude révèle une réelle augmentation des outils d’enquête en ligne, en une année seulement. En effet, de 2014 à 2015, les outils d’enquêtes en ligne sont passés de 35 à 69%, les outils de classes virtuelles de 40 à 67%, les serious game de 22 à 66%, les plateformes de partagesde 28 à 65%, les réseaux sociaux de 29 à 60% et le mobile Learning de 10 à 60% ! De plus, le baromètre indique un indice de satisfaction relativement positif sur les outils (entre 3 et 3.7 sur 5 pour tous les outils). Des chiffres qui confirment que ces outils fonctionnent et sont assez appréciés des entreprises.

Les évolutions notoires concernent de plus les domaines de compétences. Ainsi, de 2014 à 2015, les métiers liés au commerce, vente et marketing, au management, leardership et rh, à l’efficacité personnelle et la communication ainsi que la gestion, finance et comptabilité ont considérablement adoptés le e-Learning dans leurs stratégies de formation.

QUEL AVENIR POUR LE E-LEARNING ?

Enfin, le baromètre nous dévoile que les parts de l’e-Learning dans l’action de formation seront bien plus élevées dans les années à venir. A titre d’exemple, les dirigeants prévoient pour 30% d’entre eux de consacrer entre 51% et 100% des actions de formations au e-Learning en 2015 contre 6% en 2015. Bref, une augmentation considérable, qui promet de grands changements, tant dans les pensées collectives que dans les restructurations des actions de formations.

Un enthousiasme qui pourrait s’expliquer par le fait que 55% des entreprises interrogées estiment que la Réforme de la formation Professionnelles les incitera à recourir aux outils numériques.

Le e-Learning est donc en pleine expansion. Les usages et les mentalités évoluent, menant les programmes et les logiciels d’e-Learning vers une performance et une qualité des plus appréciées. Mais si les méthodes de formation uniquement en présentiel ne paraissent plus être en adéquation avec la demande actuelle, est ce pour cela que l’aspect humain doit être remplacé ? Les limites du e-Learning ne sont –elles pas déjà atteintes en matière de quota humain – digital ? Qu’adviendra t-il du rôle du formateur si les entreprises ne forment plus qu’en e-Learning ? Quelle place pour cet animateur du changement, pour celui qui détecte et adapte en temps réel ? Comment trouver un équilibre efficace entre digital et présentiel ?

 

Méthodologie : L’enquête est conduite sur un panel de 200 entreprises des secteurs public, industrie, service et commerce entre mai et septembre 2015. 34% des entreprises ont moins de 1000 employés, 26% ont entre 1000 et 5000 employés et 40% ont plus de 5000 employés.

Source : Baromètre e-learning en France

Ces articles peuvent vous intéresser