Le management de l’incertitude : quelles sont les clés de pilotage pour en faire un moteur de succès ?

Accueil / Efficacite professionnelle / Le management de l’incertitude : quelles sont les clés de pilotage pour en faire un moteur de succès ?

Le management de l’incertitude au cœur de toutes les préoccupations 

Comprendre la notion d’incertitude  

L’incertitude décrit :  

  • Un état caractérisant un objet dont la nature n’est pas bien arrêtée ou sujette au doute (par exemple : la météo est incertaine). Il existe un certain niveau d’incertitude, mais cet état est objectif ; 
  • Un état d’esprit d’une personne hésitant à croire à la réalité d’un fait, à la vérité d’un jugement ou hésitant à adopter et à maintenir une ligne de conduite ; 
  • Un sentiment de précarité lié à l’impossibilité d’une personne de connaître ou de prévoir un fait un événement la concernant. 

Ces multiples définitions mettent en avant la complexité et le paradoxe de cette notion d’incertitude qui peut autant être une réalité, un état objectif ou un état subjectif. Le champ d’action de l’incertitude est donc très large.  

En effet, un état peut difficilement être modifié. Nous pouvons, tout au plus, travailler sur l’acceptation de cette incertitude. En revanche, il existe une marge de manœuvre plus grande pour travailler sur des données subjectives comme les sentiments ou un état d’esprit. 

Dans ce contexte, comment faire face à ces sentiments et mieux les gérer au quotidien ? 

Mettre en lumière le monde complexe dans lequel nous évoluons 

Afin de mieux comprendre et mettre en lumière la réalité d’un environnement complexe et incertain, Meltis utilise régulièrement le modèle VUCA. Ce modèle décrit l’environnement dans lequel nous évoluons sous 4 critères différents : 

  • Volatilité : l’environnement connaît des changements imprévisibles dans leur échelle et leur vitesse (exemple : la crise sanitaire qui est devenue planétaire rapidement) 
  • IncertitUde (Uncertainty) : l’ensemble des informations nécessaires à la prise de décision ne sont pas disponibles 
  • Complexité : l’environnement est dynamique et comporte de nombreuses composantes interdépendantes. Chaque modification d’un élément aura un impact sur un autre. 
  • Ambiguïté : l’information peut être interprétée de différentes façons ce qui peut renforcer le sentiment d’insécurité dans une situation. 

Évoluer dans un environnement dit « VUCA » ne signifie pas qu’il est impossible d’agir. Les managers ont un rôle important à jouer pour accompagner leurs collaborateurs dans l’incertitude, notre nouvelle normalité.

À lire également : Nouveau manager et « new normalité » : comment la crise sanitaire a-t-elle changé les habitudes managériales ?

Comment mieux vivre l’incertitude ?  

Meltis vous livre ses 3 pratiques simples et efficaces, à mettre en place dans son quotidien directement : 

Clé n°1 : Osez sortir de votre zone de confort : 

  • Zone de confort : cette zone correspond à toutes les actions que l’on maîtrise, nos routines et ce qui nous rassure ; 
  • Zone d’évolution : cette zone est celle qui nous fait grandir, dans laquelle nous avons l’occasion de tenter, tester et acquérir de nouveaux comportements et de nouvelles compétences ; 
  • Zone de risque : dans cette zone, nous accomplirons des actions qui sont en dehors de nos compétences et connaissances et qui risqueraient de nous mettre en « danger ». 

Dans un environnement VUCA, comme nous le traversons en ce moment, la zone de confort et la zone d’évolution ont tendance à réduire, voire à disparaître en laissant très rapidement place à un sentiment de risque.  

Pour autant, le cerveau humain a une grande capacité d’adaptation et peut même nous aider à les surmonter. Le “muscle” cerveau peut donc être entraîné à vivre dans un environnement incertain. Voici de rapides astuces pour s’entraîner au quotidien et permettre à son cerveau de gérer des situations qu’il n’a pas l’habitude de rencontrer.   

  • Commencer par des petits changements aux quotidiens  
    Voici quelques exemples : Changer son chemin pour se rendre au travail, changer de magasin pour faire ses courses, changer d’heure pour réaliser ses routines. Bien que simple, ces changements vont permettre au cerveau de s’y habituer et d’y répondre plus naturellement dans le temps.  
  • Faire ces changements en conscience  
    L’observation dans ces exercices est la clé pour comprendre ses émotions, ses ressentis, et ses pensées, afin de mieux les appréhender la fois d’après. « Qu’est-ce que cette action a généré en moi ? » « Quels sont mes ressentis, mes émotions ? » « Quelles sont les conséquences sur mon humeur et ma motivation ? ». 
  • Capitaliser sur les effets positifs :  
    Se poser ces questions et observer son comportement permettront de faire un bilan sur ces changements, de synthétiser les pertes et les gains à réaliser et devenir acteur de son propre changement en gagnant en capacité d’adaptation. 

Clé n°2 : Recentrez-vous sur votre zone de contrôle  

Les cercles de Covey
  • Zone de contrôle : ce que je maîtrise, mes responsabilités et compétences ; 
  • Zone d’Influence : je peux agir, mais ces actions sont hors de mes attributions ; 
  • Zone de préoccupation : je ne peux ni agir, ni décider. 

L’outil des cercles de Covey est un outil puissant permettant de mieux comprendre ses pensées et de définir comment celles-ci se positionnent afin de mieux les gérer et agir dessus lorsque cela est possible. 

Clé n°3 : Changez le disque et passez à l’état d’esprit positif 

La citation de Bouddha « Ce que je pense, je l’attire ; ce que je ressens, je le deviens ; ce que j’imagine, je le crée », nous invite à réfléchir à l’idée de cercle de pensées, de ressentis positifs ou négatifs.  

Face à un stimulus de l’environnement, un individu aura un nombre de pensées pouvant être positives ou négatives. Si celles-ci sont négatives, elles entraînent des émotions désagréables, qui engendreront également des ressentis désagréables comme de l’angoisse, une gorge nouée, en prenant le risque d’aboutir sur un résultat néfaste. 

Bien heureusement, ce qui est vrai dans un sens, l’est aussi dans l’autre. En tant qu’individu, nous pouvons renverser la situation et passer à un état d’esprit plus positif. Ce changement peut se réaliser en passant par différents niveaux : 

  • Par l’action : « qu’est-ce que je peux faire pour améliorer ma situation et mon environnement ? » ; 
  • Par la pensée : « qu’est-ce que ce changement peut-il m’apporter de positif ? »  Modifier une pensée automatique demande de l’énergie, mais les effets positifs à moyen terme compensent largement cet effort ; 
  • Par le sentiment : sans me laisser envahir, j’observe ce que je ressens, je cherche ce dont j’aurais besoin pour effacer ce sentiment douloureux ou désagréable. 

Comme vous pouvez le constater, il ne tient qu’à vous pour voir la vie en rose (ou voir la vie plus rose !). Un travail autour de l’intelligence émotionnelle sera probablement très bénéfique. Pour en savoir plus sur l’intelligence émotionnelle, découvrez dès maintenant notre webinaire sur cette thématique >> Visionner gratuitement le webinaire

Depuis maintenant plus de 20 ans, Meltis accompagne managers, collaborateurs et équipes sur les thématiques du développement humain et particulièrement sur l’intelligence émotionnelle. Découvrez dès maintenant un exemple d’accompagnement que nous avons mis en place chez nos clients afin de leur permettre de développer leur intelligence émotionnelle.

Exemple de programme d’accompagnement dédié à l’intelligence émotionnelle

Quelles clés opérationnelles pour manager dans l’incertitude ? 

Clé n°4 : Ne pas regarder le sommet, mais l’étape :  

Dans les périodes d’incertitude, le sommet peut paraitre lointain.  

Pour continuer d’avancer, il sera nécessaire de se concentrer sur les étapes intermédiaires et les objectifs à courts termes. L’avantage ? Vos collaborateurs verront à tout moment le chemin qu’ils ont parcouru. Attention, agir sur les objectifs à court terme ne signifie pas de le faire sans cadre préalablement posé. Le manager devra veiller donc à borner correctement les actions à mettre en place. Ce conseil est d’autant plus vrai avec des collaborateurs à distance. 

Clé n°5 : Faire avec ce que l’on a :  

L’une des clés pour manager dans l’incertitude et d’accepter de prendre les décisions et entrer en action en utilisant les informations disponibles à l’instant donné. Bien que ces informations ne soient pas complètes ou parfaites, continuez à avancer et lancez-vous avec ces informations, les outils et les ressources que vous avez, tout en ayant conscience que l’objectif et la façon de travailler pourront être modifiés plus tard. 

Clé n°6 : Voir dans l’autre un allié :  

Appuyez-vous sur l’expérience de vos pairs, de vos collaborateurs de vos fournisseurs, de vos concurrents pour inventer des nouvelles pratiques, des nouvelles procédures … ensemble. La coopération sera à la fois un objectif et un moyen, dans une période d’incertitude, elle est même une condition sine qua non du succès. La crise a mis en exergue la création de nouveau modèle de travail : une communication plus transparente, des prises de décisions partagées et une écoute attentive des points de vue, des ressentis et des sentiments de ses collaborateurs. 

Clé n°7 : Utiliser son bon sens :  

Écoutez-vous et faites-vous confiance. Manager dans l’incertitude, c’est aussi utiliser son intuition pour guider son équipe efficacement. 

Clé n°8 : Être transparent :  

Acceptez de ne pas avoir réponse à tout, de ne pas tout savoir et de ne pas maîtriser tous les sujets et soyez en mesure de le dire. Accepter son impuissance sur certains éléments, sans se dédouaner ou abandonner, enverra un signal rassurant à vos collaborateurs et vos équipes et permettra de favoriser la confiance qu’ils vous portent. 

Ces articles peuvent vous intéresser